Delivery in Paris – “Moby” the Armoire

Armoire Delivery in Paris This was going to be a rant, but the situation became rather humorous to me, so I may include more dry irony than exclamation marks.

Since we moved, I have been frequently ordering things for the new home (ie. furniture, decorative elements etc.) Getting them delivered has proved to be quite the hassle. At first I thought it was because the intercom on the ground floor had not been changed to include our name and the deliveries were unable to include my detailed instructions on which name to buzz. I eventually scotch taped our name over the old occupants’. Six months after our entry in the building, the name was finally changed. But for some reason all these efforts didn’t help to make deliveries happen smoother.

So… regardless of all these difficulties in getting my purchases delivered, I still seem unhindered in ordering things to be delivered. Of course, i really don’t see any way around it, as I don’t have a ton of time to go from boutique to boutique looking for the perfect decorative item nor do I have a vehicle to be driving my furniture purchases around. Continue reading

Advertisements

Our Paris Dungeon Basement

Our dungeon basement I have been wanting to blog about this since we moved in last July. Before getting our keys we still hadn’t seen the basement, but we were told there was one. A commodity in a Parisian apartment rental. It’s an extra room to put things, since Parisian apartments are rather lacking in storage space. My imagination conjured up images of a nice stone walled space where I could organize my excess paraphernalia in a neat and orderly fashion. I was quite impressed by the key to our basement space. It’s giant, heavy and very old looking. It should have been a sign as to what our basement storage space would look like, but my ever optimistic self paid no heed…
Continue reading

Ringing in 2014

Cheers! Opening the bubbly for #NYE !!! With @ellacoquine and our chéris :-)Chéri and I had a fun intimate party for New Years Eve, at our place with Lisa of Ella Coquine with her chéri and our good friend Sophie. It was nice to just have a small group of good people gathered together to laugh, drink some bubbly, eat decadent delights and be silly until well past the pumpkin hour.

I served some of my remaining champagne from Mon Champagne, Hediard foie gras (splurge!), Lisa brought smoked salmon bites with a totally amazing dairy/soy free creamy dill dip, and amazing sweet marrons marinés from Sophie, and then of course one of my favorite foods, nêms! Continue reading

Christmas gift shopping with the French

Christmas decorations up already at Le Village Royal #Paris. Kinda early non? In Paris, stores often add extra opening hours to their schedule so everyone can have more hours to spend their cash on their friends and loved ones for the holiday gift giving frenzy. But it never seems to be enough for this conflicted hallmark-holiday-poo-pooing population. I can’t even tell you how many French people have said to me over the past decade that Christmas has been over commercialized by the USA, yet there they are squeezed in the boutiques like sardines trying to find the best deal on presents or the perfect indulgence for giving.
Continue reading

La Baguette Magique

Post by Frank Cierpial

Frank Cierpial

Frank Cierpial

In 2009 when I came to study abroad in Paris for the first time, I was ecstatic to see what treasures this city would hold for me to discover. On a show that I used to watch called “Bump” on LOGO (The LGBT channel in the United States), I discovered two things. I discovered “Legay Choc” and my love for Charlie David who is one of the hosts. Continue reading

Lost in Translation

Even after 11 years here, I can still find myself lost in translation. Seriously.

Sometimes my colleagues will toss a joke or an idiom my way, and it flies waaaaay over my head. I don’t always almost never get the French punchline or the underlying meaning. But I always ask, because my fake pretend-I-get-it laugh is really really fake.

So I am rather enjoying the new campaign by iDBUS for their one year anniversary. They are also offering a competition on their facebook page. Contribute your story of how you’ve been #LostInTranslation and perhaps you’ll win a iDBUS ticket to a destinatin of your choice! Continue reading

Âllo Quoi!

I have been here in France for more than ten years now….and over that time I have learned a few things about phone calls and courtesy. Often times, foreigners (being one myself I can speak from experience) have a harder time communicating over the phone. Especially understanding the person on the other end of the line. Perfecting that comes with practice. Another thing that comes with practice is finding the right words to use over the phone. I feel I have come to a point where I can perfectly manage phone calls using all the French courtesies and phrases that I have so diligently added to my repertoire over the past decade.

AlloQuoiVintage

Continue reading

Le Prénom : fantastic French movie!

So the last time I blogged about a French movie was a while ago, 2010 in fact, about the movie Le Nom des Gens. Well, I recently saw another  film, called Le Prénom, that I felt was worthy of praise on my blog. What is it about French movies that have something about names in the title?!? LOL!

Continue reading

The train : What a way to go! (On vacation)

image

I like LOVE taking the train. I used to love taking planes, but then we all became terror suspects and it’s now a frustrating experience where your rights, dignity and security always seem at stake. So if I can, I take the train. It’s relaxing, no rush, no panic, no stress, you have space to travel in comfort and it’s a treat to watch the countryside swish by. I get to SEE where I am going!

image

Chéri and I took the train to Bordeaux for a little break from Paris this summer and booked seats in the TGV from the Gare Montparnasse, but not just any TGV, the iDTGV, a concept train invented by the SNCF which is the national train service in France.

image
Chéri tried to book seats on the iDTGV zen, but it was apparently full, and we got seats on the iDTGV zap. Not sure what that meant we found out when the train was just pulling out of the station. I was in the bar car grabbing cups of tea, when I saw a conductor making the announcements over the loudspeaker. (In French) “Welcome ladies and gentlemen to the iDTGV. We’d like to remind you that wagon 14 is the iDTGV zen, where the ambience is to be one of silence, please respect the quiet of the other passengers in that car. Wagon 13 is the iDTGV zap, where the ambiance is one of conviviality, if you haven’t already, do take a moment to say hello to your neighbor.” The few of us in the bar car grabbing breakfast before the line got long, all looked at eachother, the conductor and server alike, and snickered like teenagers! Not that saying hi to your neighbor is unheard of, but it was a funny thing for the staff of the SNCF to be telling us to do. It reminded me of those times when I was a kid and at Sunday church service and we were invited to greet our neighbor with a “peace be with you” and a nod of the head or shake of the hand.

We all chuckled a bit more and somebody suggested that the conductor add something about greeting their neighbors’ dog with a pat on it’s head too. The conductor smiled and said he’d add that next time.

image

Well, we didn’t become lifelong friends with our neighbors, I don’t even think we said hello to their dozing, sleepy faces, but after 3 cups of tea I was certainly in a friendly mood and would probably have chatted with just about anyone! And to boot…there was aisle service in addition to the bar car. Win!

Friday en Français : Tomber bas

Toujours lasse de traduire un article pour mon billet “Friday en français” je prends l’occasion pour partager avec vous encore une histoire drôle de ma vie d’expatriée à Paris.

Récemment je vous ai raconté l’histoire de mon parapluie rouge et portable volé près de Bastille…aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire des bas qui tombent.

Alors cette histoire remonte aussi à ma première année à Paris, et c’était, si je me souviens bien, en janvier avec un temps bien pourrie d’hiver. L’on pourrait dire qu’à cette époque j’avais des petites catastrophes presque toutes les semaines! Ah mais qu’est-ce que j’en ai rit après!

C’était un dimanche, j’avais un billet pour voir une pièce de théâtre avec un groupe d’étudiants (j’étais étudiante). C’était à l’époque où le théâtre d’Odéon était sous travaux, des travaux importants entre 2002 et 2006 qui ont forcé le théâtre à monter ses pièces ailleurs à Paris et ils on déménagé toute leur activité théâtrale dans une salle qui est un ancien dépôt de l’Opéra Garnier dans le 17ème arrondissement. Cette salle a été inaugurée en janvier 2003 avec Phèdre de Jean Racine, et mise en scène de Patrice Chéreau. J’avais justement un billet pour voir ce spectacle magnifique.

Je me suis donc bien mise naturellement, habillée avec soin. Ah, Je me suis sentie très chic! Heureuse d’avoir l’occasion de me mettre sur mon trente-et-un, me maquiller et me coiffer. Normalement, je déteste porter des bas, mais j’en ai mis pour me rendre un peu plus élégante. C’était des bas qui sont censé se tenir tout seuls sur les cuisses. Je les ai mises, j’ai fait quelques pas dans ma chambre, ils tenaient. Bien. Rajoute des petits talons, une jupe, chemise et manteau avec bien sûr ce fameux parapluie rouge car il pleuvait.

Je sortait en marchant vers le métro. J’habitais près de Bastille cette année-là et le métro le plus proche était Ledru Rollin. Je devais me rendre dans le 17ème. Je ne suis pas arrivé à la station Ledru Rollin, que je sens déjà un des bas tombé, un tout petit peu. “Ah, je me dis, je ne l’ai pas assez monté. Dès que je suis assise dans le métro je vais essayer de le faire remonter discrètement”. Ce que j’ai fait. Cela semblait marcher. J’étais assise. Je regardais mon plan, pour essayer de voir où diable je devais me rendre à l’autre bout de Paris.

J’avais un, peut-être deux, correspondances à faire. Lors du premier des deux, j’ai remarqué que je n’avais pas pourtant remonté assez bien mon bas, et en fait, l’autre semblais glisser aussi. Je m’arrête dans le couloir, il n’y a pas beaucoup de gens. J’ajuste un petit peu. Cela tient mieux. Je trouve mon quai, j’attends mon correspondance. Les bas semblent glisser encore un peu. J’ajuste encore.

Après quelques trains de métro, quelques couloirs, quelques correspondances et quelques ajustements plus tard, j’arrive finalement à la station de métro où je devais trouver le théâtre après encore des petits ajustements, mais là je commence à penser que ces bas n’ont pas été une bonne idée. Ne peuvent-ils pas créer des bas qui tiennent réellement?!? Je peste contre ces compagnies qui créent leur produits en Chine et donc forcément nous vendent des articles qui ne marche pas comme ils devraient.

Je sors du métro et m’emploie à trouver la bonne rue. Les bas tombes un petit peu avec chaque pas. Des jurons m’échappent. Et je suis obligée à m’arrêter tous les 10 pas pour essayer de les remonter discrètement sous  ma jupe. En plus, il commence à devenir clair que je suis un peu perdu. Aucune des rues ne semblent paraître être celles qui sont marquées sur mon plan de Paris. Je sollicite l’aide d’une personne dans la rue, une petite vieille. Elle ne connaît pas très bien et me donne des instructions assez vague. Je commence à devenir bien frustrée. Les directions ne me sont pas claires, mes bas tombent, je risque d’être en retard et je ressens une envie de faire pipi. Et…il commence à pleuvoir. Ah! bordel. Heureusement j’ai ce parapluie rouge.

Donc, je reviens sur mes pas dans un effort de recommencer depuis la station du métro. Il y a peu de gens dans le rue et donc pas beaucoup d’options pour chercher un conseil directionnel. Sur le chemin je vois une épicerie ouvert, je m’y arrête pour demander des directions. Le monsieur me dit avec beaucoup de confiance qu’il faut simplement suivre telle rue et tourner à gauche et je trouverai la rue que je cherche. Heureuse d’avoir enfin un peu d’espoir je sors de l’épicerie, remonte mes bas un peu, et retourne dans l’autre sens. Je marche assez longtemps, un peu trop longtemps, et je découvre que soit ce monsieur ne connaissait pas, soit il n’a pas compris où je voulais aller ou soit j’ai mal compris ses instructions. Je ne savais plus où j’étais. J’étais plus que frustrée, genre dangereusement fâchée, et j’en avais marre des ces bas! ça tombe, ça tombe et ça tombe! Et gérer le parapluie, mon plan de Paris, mon sac et les bas en même temps n’étais pas chose facile!

Ah! Ces bas énervant… Les enlever m’aurait été un soulagement énorme! Je n’essaie plus de les remonter discrètement, je ne m’en fous qui me voit. J’ai dû avoir l’air d’une vrai pute qui fait le trottoir. Mais fatiguée, besoin des toilettes, trempée, trop chargée avec mes accessoires, frustrée, perdue et marre de ces bas, je prenais le haut de ces bas et je les tirais tous les cinq pas avec une force qui témoignait ma frustration. Peu m’importe si je les déchire! Quelle scène je devais faire…

Et soudain je me trouve devant une station de métro, une station que j’avais dépassé  lorsque j’étais dans le métro avant. Donc j’ai dû marché la distance de deux stations de métro dans le sens opposé d’où je devais aller. Je descends dans le métro et j’attends sur le quai. Je songe à combien je serais heureuse d’enlever ces bas emmerdants! Je me décide de les enlever dès que je serai assise dans le wagon.

Le train arrive, je monte dedans, je m’assois. En face d’une vieille dame je lui donne la choque de sa vie en enlevant mes bas devant elle. Je les fous dans mon sac. Aaaaaaah li-ber-té! Tout. Va. Mieux! La vieille a l’air ahurie. Je rigole sur mon état ridicule dans ma tête.

Après ça je descends du métro je trouve comme par magie la bonne rue, et j’arrive en courant vers le théâtre… il n’y a personne devant, ils doivent être tous déjà à l’intérieur. Je cours, avec ce parapluie rouge dont j’en ai marre. J’arrive à la porte. Trempée, coiffure démolie, courage écrasé, jambes gelées sans les bas… effectivement.

Un employé demande de voir mon billet, mais me dit, que je ne peux plus entrer dans la salle. La pièce a déjà commencé. L’on ne peut pas entrer lorsque la pièce est en cours. Il n’y a pas d’entracte. Je suis au bord des larmes. Je le supplie. C’est non. Aarrrrrg! Sa collègue prends pitié de moi, et me donne un verre d’eau et m’invite à regarder la pièce sur le petit écran qu’ils utilisent pour voir le progrès de la pièce. ce que je fais pendant quelques minutes jusqu’à ce que je me calme. Mais je suis tellement déçue, l’élan que j’avais en m’habillant s’est envolé depuis longtemps, je suis tombée bien bas.

C’est la dernière fois que j’ai porté ces bas qui “tiennent tout seuls”.